Avez-vous des questions ?

Nous sommes heureux de vous aider.

[PALLMANN Switzerland (French)] Kontakt-Flyout

Conseil

Service clientèle PALLMANN

Avez-vous des questions ? Nous sommes à votre disposition par téléphone.

Téléphone:
041 624 48 88

Sites

PALLMANN près de chez vous

PALLMANN GmbH

Avez-vous des questions ?

Nous sommes heureux de vous aider.

[PALLMANN Switzerland (French)] Kontakt-Flyout

Conseil

Service clientèle PALLMANN

Avez-vous des questions ? Nous sommes à votre disposition par téléphone.

Téléphone:
041 624 48 88

Sites

PALLMANN près de chez vous

SAVOIR TECHNIQUES

Les exigences imposées aux artisans sont plus élevées de jour en jour. Les connaissances techniques prennent donc une importance capitale. Protection du travail, environnement et développement assurent une qualité à 100%.

En principe, les parquets anciens peuvent également être rénovés avec des vernis en phase aqueuse conformément à la norme TRGS 617. Cependant, des difficultés surgissent souvent. Voici une sélection de problèmes typiques..

Même en cas de rénovation professionnelle de très vieux parquets, il en résulte, généralement au début de la période de chauffage suivante, une formation de joints parfois excessive, pas aussi prononcée auparavant, ou même des zones creuses ou de décollement.

Au début de la période de chauffage, les premiers joints se forment et ce n'est qu'alors que les décollements deviennent visibles. Comme un gonflement et un rétrécissement libres ne sont pas possibles ici, les joints ne se forment pas uniformément et provoquent alors des réclamations. Le problème pour l'entrepreneur est qu'il n'y a souvent pas de zones creuses visibles avant le début des travaux de rénovation ou immédiatement après la fin des travaux de vitrification. La situation est cependant évidente lorsque des surfaces partielles ou des éléments sont recollés.

Dans tous les cas, lors de la rénovation d'un vieux parquet, l'entrepreneur doit informer son client par écrit de tout problème qui pourrait survenir avant le début des travaux. Il peut s'agir par exemple de problèmes d'écoulement ou d'adhérence dus à des substances naturelles du bois ou à des souillures, d'anciens produits d'entretien dans les joints, de colles ou vitrifications inconnus...

Les taches d'urine, les souillures de silicone ou les taches causées par une infection fongique nécessitent un ponçage complet ou, si nécessaire, une isolation ou même la création de surfaces tests dans certaines situations.

Lors du ponçage d'un parquet fini flottant, les éléments collés dans la rainure et la languette risquent de se décoller, surtout sur des surfaces irrégulières. Grâce à la souplesse des éléments de parquet préfabriqués, la couche supérieure peut être poncée au travers ou au pardessus, en particulier en tête de lames.

Pour la rénovation ultérieure et un meilleur confort de marche, le parquet fini doit donc aussi être collé fermement. En cas de rénovation d'un parquet flottant, le problème doit être discuté au préalable avec le client et, le cas échéant, la garantie pour ce secteur doit être exclue.

Conseils : Lors de la rénovation de parquets anciens, si possible, n'appliquer qu'une seule couche de vernis par jour afin d'éviter un gonflement trop important du sol. Si possible, utiliser des fonds-dur à faible gonflement. L'huile ou les combinaisons huile-cire ne génèrent que peu ou pas de gonflement.

La vitrification doit être réalisée de manière à obtenir une surface uniforme.

Lors de la rénovation de vieux parquets cirés avec joints, l'utilisation de produits de vitrification à base de solvants peut entraîner une nuisance olfactive persistante et prolongée. Le client doit donc en être informé.

Pour les bois colorés tels que l'érable, le hêtre ou le frêne, les fonds dur et les vernis doivent être appliqués exclusivement au rouleau afin d'éviter toutes nuances éventuelles avec une quantité suffisante par application. Le vernis doit être appliqué au rouleau (ou au pinceau) dès l'application de la première couche.
L'exigence d'une surface uniforme se réfère à l'obtention d'un degré de brillance aussi uniforme que possible. D'autres exigences, comme par exemple une couleur uniforme du bois ou une épaisseur de film uniforme du produit de vitrification appliqué, ne peuvent dans la pratique être réalisées en raison des différences de couleur naturelles du parquet et du pouvoir absorbant différent du bois.
Le traitement des matériaux, la technique d'application des matériaux, le nombre de couches, du masticage, etc. doivent être conformes aux instructions du fabricant, en particulier en ce qui concerne la quantité minimale prescrite.
L'exigence d'une "surface régulière" se réfère également au niveau de la brillance convenue. Ces niveaux de brillance (brillant, semi-brillant, satiné, satiné brillant, satiné mat, mat, semi-mat, mat) dépendent fortement des conditions d'éclairage dans la pièce, ainsi que du nombre d'applications de laque et de leur quantité.

Cette exigence de qualité ne permet pas de déduire des différences de surface liées au matériau (pouvoir absorbant différent du bois, gonflement et retrait différents des cernes de croissance mous et durs ainsi que des différences de couleur) comme un défaut.
Une application inégale du vernis due à un équipement défectueux ou à un travail négligent pendant la vitrification, des pics, des poils de pinceaux, etc. sont des réclamations fondées si elles gênent considérablement l'aspect général. Cependant, l'inclusion de poils de pinceaux individuels ou de particules de poussière n'a aucune influence sur la fonction protectrice du vernis. La perte de poils individuels du pinceau ou de fibres du rouleau est inévitable.

Le masticage de toute la surface, avec un enduit de jointoiement, de parquet à lamelles ou en mosaïque avant la vitrification, n'est pas pratiqué partout mais est conseillé.
Les fissures (fentes) ou même les microfissures ne sont souvent visibles que sur des surfaces complètement vitrifiées.
Si de telles fissures sont positionnées obliquement ou horizontalement, des ébréchures sont possibles et représentent un défaut matériel s'il y a un risque de blessure.

L'avantage des surfaces huilées ou huilées/ cirées est leur capacité de réparation partielle. De plus, il n'y a aucun risque de détérioration mécanique du film de laque.

La résistance chimique de ces systèmes est nettement inférieure à celle d'un vitrificateur filmogène. Il faut cependant noter qu'avec une huile à 2 composants, on obtient une résistance à l'abrasion et une résistance chimique nettement plus élevées qu'avec une huile à 1 composant. 

Ce type de traitement de surface réchauffe bien le bois. Il n'y a pas de risque de collage latéral lors de la formation de fentes de retrait.

Les imprégnations à l'huile sont également perméables à l'air afin que le bois puisse respirer sans obstacle. Les inconvénients sont un encrassement plus important et un entretien plus fréquent par rapport à une surface scellée. L'utilisation d'une imprégnation à l'huile peut donc donner lieu à des réclamations, en particulier pour les parquets plus clairs comme l'érable, le hêtre ou le bambou naturel.

Avec la technologie d'aujourd'hui, il est cependant possible de vitrifier les surfaces de parquet huilées avec un vernis à parquet grâce à un agent de liaison approprié.

Les salissures grossières doivent être éliminées mécaniquement ou par un nettoyage de base. Un nouvel huilage doit ensuite être effectué. Les surfaces huilées ou huilées / cirées doivent être régulièrement ré-huilées ou cirées de nouveau, en fonction des sollicitations.

Du point de vue de l'hygiène de la pièce, les surfaces vitrifiées sont également plus appropriées, car un nettoyage humide avec un désinfectant est possible.

Ces points doivent être discutés par l'entrepreneur avec le client dans le cadre de l'entretien de conseil.

Le terme "résistant à la lumière" pour les vernis à parquet suscite souvent de fausses attentes de la part de l'artisan ou du client. Ici, "résistant à la lumière" signifie que la couleur du vernis ne change pas sous l'influence du soleil ou de la lumière du jour. Le changement de couleur naturel (décoloration, jaunissement ou assombrissement, selon le type de bois) du bois ne peut pas être évité de cette façon. Les pigments du bois changent en fonction de l'exposition à la lumière. La résistance à la lumière de la plupart des vernis à l'eau est parfois particulièrement marquée car les vernis à parquet contenant des solvants puissants, qui sont encore utilisés aujourd'hui, changent considérablement sous l'effet de la lumière. Sur les surfaces huilées ou cirées à l'huile, l'huile aura un effet similaire.

A ce jour, il n'existe pas de système durable connu pour les parquets contre la capacité naturelle du bois à changer sous l'influence de la lumière. Pour le vernissage des meubles, on utilise souvent des stabilisants à la lumière appelés absorbeurs UV, mais ces derniers ne font que retarder la décoloration. En outre, on teinte souvent le bois, de sorte que la couleur naturelle du bois est reproduite par des colorants / teintures. Pour les sols en bois, ce n'est pas courant et très difficile à mettre en pratique. Dans le cas du parquet, ces propriétés du bois sont considérées comme une particularité naturelle et constituent, entre autres, l'attrait particulier d'un parquet. En revanche, les surfaces en bois de fabrication industrielle (sols stratifiés ou vinyles) ne peuvent être comparées optiquement qu'avec des sols en bois véritable.

L'effet de brumisation est une décoloration noire à l'intérieur qui a la cause suivante :

Pendant la période de chauffage, le chauffage des pièces d'habitation provoque la diffusion de composés organiques volatils (SVOC) provenant de divers matériaux de construction intérieurs, qui se condensent et forment un film de condensation dans les zones plus froides de l'appartement, comme les surfaces des fenêtres, les cadres de fenêtres et les plafonds. En raison de certaines conditions physiques de l'espace, la poussière fine de la pièce peut s'accumuler sur cette surface de condensation et former une pellicule graisseuse et de suie..

Les produits suivants ont été identifiés comme en étant la cause :

Peintures murales, en particulier peintures au latex, tapis, papiers peints, stratifiés, sols en PVC et moquettes.

Les SVOC particulièrement visibles dans les effets de brumisation sont les alcanes C 17 - C 35, les alcools gras, les acides gras, les esters d'acides gras, les esters d'acides gras et les esters phtalates.

Pour les vernis à base d'eau pour parquets, les co-solvants ayant un point d'ébullition compris entre 50 °C et 260 °C sont principalement utilisés comme auxiliaires filmogènes.

Il s'agit donc de VOC, dont la teneur peut aller jusqu'à 15 % dans les vernis avec GISCODE W3 et jusqu'à 5 % dans les vernis avec GISCODE W2.

Malheureusement, nous n'avons pas d'étude correspondante sur un danger potentiel en ce qui concerne nos laques à base aqueuse.

Cependant, nous excluons la possibilité que les laques puissent provoquer un effet de brumisation en ce qui concerne les co-solvants qu'elles contiennent, car elles ne contribuent pas non plus au danger potentiel, selon l'enquête du laboratoire Melzer.

Jusqu'à présent, il n'y a aucun cas connu où des problèmes se sont produits.

Dans l'annexe de la revue environnementale "Innenraumschadstoffe", nous ajoutons un extrait d'une étude qui montre également que les facteurs d'émission (TVOC) dans les intérieurs avec parquet vitrifié sont nettement inférieurs à, entre autres, les carreaux céramiques, parquet pré-fini, linoléum...

Polluants intérieurs COV - COVT - COVS - COVM - CMR
Les valeurs TVOC suivantes ont été déterminées pour les revêtements de sol dans une étude menée par l'ECA (European Collaborative Action "Indoor Air Quality and its Impact on Man"). Il s'agit d'analyses d'essais normalisés en chambre d'essai.

Facteurs d'émission (TVOC) à l'intérieur des bâtiments (DGfH-1998-ISSN 0466-2114) Plage de mesure / Matériau TVOC à μg/m³

  • Tapis, textile 82
  • Parquet, hêtre huilé 90
  • Parquet chêne laqué 117
  • Parquet hêtre laqué 142
  • Carreaux céramiques 161
  • Parquet contrecollé 182,5
  • Linoléum 2,5 mm 375
  • PVC en dalles 846
  • Liège laqué 2.400
  • Moquette, PVC 2.519
  • Moquette en dalles, avec dossier PVC 2 550
  • Tapis, acrylique 2.786
  • Tapis, acrylique 5 mm 3.645

Le choix d'un vitrificateur pour parquet approprié doit être fait par l'entrepreneur en fonction de l'utilisation prévue de la pièce et de son usage. Une attention particulière doit être portée à la résistance à l'abrasion et à la résistance chimique du système choisi ainsi qu'à l'utilisation prévue. De plus, une couche de fond doit être utilisée dans certains cas. Ceci peut s'avérer nécessaire dans le cas de bois exotiques en tant que primaire barrière et parquet sur chauffage par le sol ou lorsqu'il existe un risque fondamental de collage latéral.

Ensuite, en fonction de la durabilité du système, il faut respecter l'épaisseur minimale du film du vitrificateur Tous les fabricants renommés de systèmes de vitrification pour parquet recommandent une épaisseur de film minimum de 80-120 μm, en fonction de l'utilisation prévue. En général, une épaisseur de couche acceptable est obtenue par une quantité minimale d'application d'au moins 300-360 g/m² (1x primaire et 2x rouleau vernis) pour les fortes contraintes et > 360 g/m² (1x primaire et 3x rouleau vernis) pour les contraintes particulièrement intenses. Un facteur essentiel pour la formation de l'épaisseur du film est la teneur en matière solide (composant non volatil) d'un produit de vitrification pour parquet. En d'autres termes, plus la teneur en solides d'un système est élevée, plus l'épaisseur du film est élevée.

Outre la résistance à l'usure de la laque, l'épaisseur du film sec est un élément essentiel de la durabilité d'un parquet ou d'un plancher de bois. Pour la surface habitable, au moins 70 μm sont recommandés.

Les vitrificateurs à base d'eau de dernière génération tels que PALL-X 98 GOLD ou PALL-X ZERO sont très pauvres en émissions et répondent ainsi aux exigences des valeurs limites selon EMICODE EC1 PLUS, qui apportent des avantages significatifs tant pour le travailleur que pour les résidents. En outre, ils sont au moins équivalents aux vitrificateurs PU ou DD à base de solvant en termes de résistance à l'usure et à l'abrasion.

Les poches de résine sont des cavités pathologiques du bois rempli de résine et sont considérées comme des défauts du bois.

Quel que soit le traitement de surface, l'utilisation d'essences de bois riches en résine comme l'épicéa, le mélèze, le pin, les coulures de résine ne peut être évitée.

Les coulures de résine peuvent être accélérées, en particulier lorsqu'elles sont chauffées par le rayonnement solaire.

Ce n'est pas un défaut, mais une propriété matérielle. On ne peut en déduire un défaut dans l'exécution des travaux de parquet.

Les systèmes de vitrification à base d'eau Pallmann répondent à l'état le plus récent de la technique. Ils peuvent être utilisés comme produits de remplacement selon TRGS 617, satisfont aux exigences de résistance à l'abrasion et ont été testés pour la résistance chimique selon DIN 68861. Ces tests chimiques comprennent jusqu'à 27 produits chimiques domestiques typiques tels que la moutarde, l'alcool, le savon, etc. et les temps d'exposition habituels des ménages allant jusqu'à 16 heures. Dans ce cas, aucune altération de la surface s'écartant de la norme n'est constatée.

Désormais, d'autres ustensiles peuvent entrer en contact direct avec la surface, tels que les sous-couches de meubles ou de chaises, les tapis antidérapants, les rubans adhésifs et masquants, les pneus des poussettes ou des jouets. Ces exemples sont généralement assez mous dans leur consistance. Ceci est généralement obtenu par l'utilisation d'ingrédients (tels que des adoucisseurs ou des bloqueurs UV), qui devraient être disponibles dans le matériau aussi longtemps que possible afin de maintenir les propriétés des articles utilisés au quotidien.

Si la surface de la laque est en contact direct avec une chaise, par exemple, pendant une longue période de temps, les ingrédients du matériau mou peuvent pénétrer dans le vitrificateur (chimiquement parlant : diffusion par compensation de concentration). Comme les ingrédients ne perdent pas leur effet, cela peut entraîner une décoloration ou un ramollissement du vitrificateur et donc une sensibilité accrue aux rayures et à la saleté.

En principe, tous les systèmes de vitrification, qu'ils soient à base d'eau, de solvant ou en parquet fini, sont exposés à ce mécanisme. La seule différence est le temps qu'il faut pour que ce phénomène apparaisse.

Afin de contrer cet effet, il convient de clarifier avant l'utilisation de la surface du parquet si la possibilité d'un contact direct existe. Si c'est le cas, il faut choisir des matériaux qui ne contiennent aucun composant nocif. De nombreux fabricants offrent de tels produits. Par exemple, les roulettes et patins doivent être conformes à la norme DIN EN 12529 (plastique ou feutre).

Si ces consignes sont respectées et que la surface est nettoyée et entretenue régulièrement conformément aux instructions d'entretien, rien ne s'oppose à une utilisation prolongée du parquet.

Jean-François Hulmann
Technicien d'application

Contactez-moi

079 367 20 66

Technicien d'application

ch@uzin-utz.com

PALLMANN E-Mail

PROCHAINS ÉVÉNEMENTS

Foire & Événement | 04. Oct, chez les distributeurs codex
Roadshow chez les distributeurs codex - NOUVEAU en octobre

PALLMANN GmbH

Switzerland (French)

Veuillez noter que, selon le pays sélectionné, vous serez redirigé vers le page web de notre société locale.